Après avoir obtenu son diplôme, un bachelier peut choisir d’entrer dans une université de prestige pour pouvoir apprendre le métier d’un chirurgien orthopédiste. Afin d’accomplir un parcours d’études complet, l’étudiant devra travailler dur pendant 12 ans. Quoi qu’il en soit, le futur chirurgien ne doit pas arrêter sa formation à la fin du 3e cycle s’il envisage de devenir un vrai professionnel de la santé.

Parcours et formations pour devenir chirurgien orthopédiste

Premièrement, un étudiant doit réussir le concours d’entrée en première année ou la PACES en choisissant l’une des filières médicales qui existent (l’Odontologie, la Pharmacie, la Médecine ou la Maïeutique). Il pourra ensuite assister à des cours magistraux et effectuer des stages et des travaux pratiques en 2e et 3e année sanctionnés par le Diplôme de Formation Générale en Sciences Médicales ou DFGSM. Quatre années d’externat permettront au futur chirurgien d’apprendre davantage de la spécificité de l’Orthopédie-Traumatologie (OT) afin qu’ils puissent obtenir le statut d’étudiant hospitalier. La présence de l’étudiant est obligatoire lors des stages à l’hôpital qui durent six semaines. Après trois ans, il ou elle recevra son Diplôme de Formation Approfondie en Sciences Médicales, bien sûr il faudra qu’il réussisse les épreuves classantes nationales (ECN). Il saura alors la spécialité médicale qu’il a maitrisée et la ville où il pourra se former. L’universitaire peut choisir de poursuivre ses études en entrant en troisième cycle pour pouvoir obtenir son DES ou diplôme d’études spécialisées. Cette discipline chirurgicale qui dure six ans, quatre ans d’internat et deux ans d’assistanat autorisent le titulaire à réaliser des opérations et d’assurer des interventions en France.

Les qualités et compétences d’un chirurgien orthopédiste

En général, ce métier nécessite une grande concentration, car le chirurgien devra mener des interventions minutieuses dans son quotidien. En effet, sa mission est d’atténuer des traumatismes du système musculosquelettique provoqué par un accident. La modification d’une malformation congénitale est aussi l’une des spécialités de ce professionnel.

Étant donné que les opérations durent plusieurs heures, le chirurgien orthopédique doit se forger un mental d’acier pour accomplir sa tâche avec son équipe. Rassurer la personne hospitalisée est aussi une qualité requise, car il arrive qu’un patient change d’idée au dernier moment.